La rhubarbe

La rhubarbe reine du mois de mai, met de l’acidité dans vos plats !

Saviez-vous que la rhubarbe est officiellement classée parmi les fruits par la Direction des Douanes de New York en 1947 à cause de son utilisation sucrée, mais que du point de vue botanique il s’agit en réalité d’un légume ?

Histoire :

La rhubarbe est originaire du nord et du milieu de l’Asie. Elle a été introduite en Europe par Marco polo. Elle était d’abord considérée comme plante médicinale et ornementale. Dans la pharmacopée Chinoise elle était un excellent purgatif très utilisé. Au Moyen-Âge, on lui reconnaît une action sur le foie. On l’utilisait également pour nettoyer et fortifier l’estomac, exciter l’appétit ou pour stimuler la sécrétion biliaire. Au XXème siècle, on la prescrivait pour le traitement des varices pour ses propriétés veinotoniques.
On commence à la cultiver et à la consommer comme plante potagère au XVIIIe siècle. Ce sont les Anglais qui introduisent la plante comme aliment en Europe. Elle est le nom commun d’une trentaine de plantes.

Atouts Miam :

La rhubarbe est une source de calcium, qui joue un rôle dans la minéralisation des os et intervient dans la contraction musculaire, la sécrétion d’hormones ou encore dans la coagulation sanguine.
Elle contient également magnésium, qui a toute son importance dans le système immunitaire, pour la croissance qu’il stimule et pour la contraction musculaire. Le magnésium est aussi un excellent anti-stress.
Mais l’atout principal de la rhubarbe est surtout sa teneur en fibres puisque près de 75% de sa tige en est composée. Ces dernières apportent un très bon effet satiétogène, diminue les pics de glycémie, réduisent l’absorption du cholestérol et joue un rôle important sur le transit dont elles assurent le bon fonctionnement.
On retrouve dans la rhubarbe une bonne teneur en vitamines B, E, et en provitamine A. Les vitamines tout comme les minéraux permettent à l’organisme de bien fonctionner. Les vitamines B auront notamment un rôle dans le métabolisme (les réactions de synthèse et de destructions de molécules très nombreuses dans notre corps). La vitamine C permet quant à elle de lutter contre les mauvais germes en renforçant l’immunité. La vitamine E protège contre le vieillissement cellulaire, les problèmes cardiovasculaires, le cancer ou les maladies infectieuses grâce à son fort pouvoir antioxydant. La vitamine A, en plus de jouer un rôle en faveur du système immunitaire, intervient lors de la vision nocturne.
Attention cependant, la consommation de rhubarbe doit être limitée chez les personnes sous anticoagulants qui doivent limiter l’apport en vitamine K. Il en est de même pour les personnes ayant des calculs rénaux à cause de sa teneur importante en acide oxalique.

Bien être Miam :

La rhubarbe est peu calorique puisqu’elle contient environ 22 calories pour 100 g si vous la consommer cuite nature. On ajoute cependant souvent du sucre pour atténuer son acidité ce qui la rend plus calorique.

Composition nutritionnelle pour 100g de tige de rhubarbe cuite, sucrée (table ciqual 2017) :

Energie : 118 kcal
Eau : 67 ml
Glucides : 29 g (1.5 g dans la tige crue nature)
Sucres ajouté : 29 g
Fibres : 2 g
Minéraux :
Calcium : 145 mg
Fer : 0.21 mg
Iode : 0.3 μg
Magnésium : 12 mg
Phosphore : 8 mg
Potassium : 96 mg
Sodium : 1 mg
Vitamines :
Vit A : 44 μg
Vitamine K : 21 μg
Vitamine C : 3.3 mg
Vitamine B9 : 5 μg
Vitamine E : 0,19 mg

Variétés :

On distingue plusieurs variétés selon la couleur, le goût restant sensiblement le même :
– les plus ou moins vertes, comme la Victoria
– les rougeâtres, comme la Canada Red ou la Macdonald. Ces variétés sont plus tendres que les vertes.

Bien la choisir :

Seules les tiges de la rhubarbe se consomment. Les feuilles sont toxiques à cause de leur grande quantité en acide oxalique. Cette molécule est toxique pour notre organisme à partir d’un certain seuil. Les tiges de la rhubarbe doivent être épaisses, fermes et charnues. Sa base ne doit pas être sèche.

Dégustation :

Vous pouvez déguster la rhubarbe en compote (attention à la quantité de sucre ajouté), ou cuite à l’étuvé avec une touche de miel, en tarte, en crumble, en chutney, en sirop, ou en sorbet. Elle se marie bien avec la vanille, la cannelle, le gingembre ou encore la fraise.
Si vos goûts vont en faveur du salé, elle accompagnera très bien les viandes blanches, la volaille ou le poisson, les tajines, et les ragouts.

Conservation :

La rhubarbe se conserve quelques jours dans un lieu frais, pas trop sec ou 2 à 3 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. L’idéal est de la consommer bien ferme juste après l’avoir cueillie. Il est possible de la congeler après l’avoir pelée et blanchie 1 minute.

Conseils de préparation :

Une fois récoltée, coupez l’extrémité des tiges de la rhubarbe pour retirer les feuilles, passez les tiges sous un filet d’eau pour ôter les résidus de terre, de poussières ou d’insectes. Séchez avec un linge propre, épluchez les tiges de la rhubarbe avec un couteau en tirant les fibres vers le bas, comme pour les asperges. Puis coupez-les en tronçons. Les tiges peuvent être cuites avec leur peau (en les coupant avec un couteau bien tranchant et en les lavant bien).
Pour limiter l’acidité de la rhubarbe, cuisez les tiges dans un jus d’orange ou d’ananas ou blanchissez-les 2 min dans de l’eau bouillante.
Les feuilles de la rhubarbe peuvent avoir une certaine utilité : une fois cuites et bouillies, elles font un excellent insecticide naturel et écologique. Elles sont d’ailleurs utilisées par les apiculteurs à l’intérieur des ruches pour faire fuir les insectes envahisseurs et protéger les abeilles.

Prix Miam :

Autour de 2€50 le kilo.

Sa pleine saison :

Elle se récolte d’Avril à Septembre/Octobre, elle explose en Mai/juin.

Conclusion :

Un fruit riche en fibres et en vitamines et minéraux à la saveur originale pour se faire plaisir dans un dessert lors de belles journées de printemps. Goûtez, vous allez l’adorer !

Vous pourriez aimer...

Laissez votre commentaire