L’abricot

« Je vous le dis avec certitude, c’est l’abricot le fruit défendu, pas la pomme. » (Oscar Consoli, artiste peintre et journaliste).

Histoire :

Originaire de Chine, l’abricotier poussait à l’état sauvage il y a 5 000 ans. Il fut introduit en Italie et en Grèce par Alexandre le Grand qui emprunta la célèbre Route de la Soie. Les Arabes le propagèrent par la suite dans tout le bassin méditerranéen, notamment dans le sud de l’Espagne. Le climat, particulièrement favorable, permit à l’abricotier de s’implanter durablement.

Ce fruit aujourd’hui apprécié des consommateurs eut quelques difficultés à s’implanter sur le territoire français. Importé d’Italie au milieu du XVème siècle, l’abricotier fit son entrée dans le potager de Versailles grâce à Jean-Baptiste de La Quintinie.

Aujourd’hui, les pays méditerranéens (Turquie, Espagne, Syrie, Grèce, France) sont les plus gros producteurs d’abricot avec l’Iran. En Amérique, la Californie et le Chili dominent le marché.

Atouts MIAM :

L’abricot est composé à plus de 86 % d’eau. Comme la plupart des fruits, l’essentiel de son apport énergétique provient de ses glucides (ou sucres).
La quantité de sucre contenue dans un abricot séché est la même que dans un abricot frais. Mais comme dans tout fruit séché, le sucre y est plus concentré.

Les abricots contiennent différents antioxydants, particulièrement des composés phénoliques de la famille des flavonoïdes, caroténoïdes (principalement du bêta-carotène qui se transforme en vitamine A dans l’organisme) et lycopène. Ces composés permettent de neutraliser les radicaux libres du corps, et ainsi de prévenir l’apparition des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et de diverses maladies chroniques. Il est intéressant de noter que les antioxydants sont présents en plus grande quantité dans les abricots séchés.

Il est l’un des fruits les plus riches en vitamine A, ce qui en fait un allié idéal durant la grossesse et l’allaitement. Cette vitamine permet la synthèse de l’hormone de croissance dans le lait maternel.

Enfin, ce fruit constitue une excellente source de fibres, ce qui facilite le transit intestinal et prévient des maladies du côlon.

Séché, il est apprécié des sportifs pour l’énergie qu’il leur apporte et pour sa forte teneur en fer et en cuivre, ainsi que pour sa source de vitamines B3, B5, C et K (contenus dans sa peau et sa chair). Pendant et après un entraînement intense ou une compétition, il contribue à la recharge minérale et apporte un concentré de glucides rapides très intéressant.

Riche en Fructo-oligosaccharides (un type de sucre de la famille des oligosaccharides contenu dans les fruits), il est à éviter lors d’un régime pauvre en FODMAP dans un cadre médical.

Composition nutritionnelle :
Abricot cru (pour 100 g)
Eau : 86 ml
Glucides : 8,5 g dont 7,8 g de sucres
Fibres alimentaires : 1,8 g
Calcium : 16 mg
Fer : 0,2 mg
Magnésium : 9,9 mg
Phosphore : 22,5 mg
Potassium : 229 mg
Vitamine C : 10 mg
Vitamine A : 1090 µg

Bien-être :

L’abricot fait partie de ces fruits pouvant diminuer le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques grâce à ses antioxydants, vitamines et sa richesse en fibres.

Tout comme la carotte, il facilite le bronzage et protège des rayons ultra-violets grâce à ses caroténoïdes.
Riche en fibres particulièrement bien tolérées par l’organisme, l’abricot a une action très bénéfique sur le fonctionnement intestinal.

Enfin, selon la médecine chinoise, l’amande de l’abricot est un remède naturel contre la bronchite et la toux.

Variété :
Il existe 41 variétés d’abricot à déguster et pour tous les goûts! Elles se regroupent en 3 familles distinctes : les variétés précoces, de saison et les tardives. Ainsi, ce n’est que l’une après l’autre qu’elles font leur apparition sur le marché.

Les incontournables : « Bergarouge », « Bergeron », « Doucoeur », « Luizet », « Orangered », « Rouge Tardif Delbard », « Royal ».

A redécouvrir : « Ampuis », « Paviot », « Pêche de Nancy », « Polonais », « Rouge du Roussillon ».

Sa pleine saison :
De juin à août, mais il est possible d’en trouver à partir du mois de mars et jusqu’au mois de septembre grâce à son large éventail de variétés.

Bien le choisir :
Une fois cueilli, ce fruit ne mûrit plus, contrairement à d’autres fruits (banane, poire, tomate par exemple). Les abricots sont mûrs lorsqu’ils sont souples au toucher, bien colorés, charnus et parfumés. Ils sont meilleurs lorsqu’ils ne sont pas ridés et que leur chair n’est pas cotonneuse.
Attention, ce fruit est sensible aux chocs !

Prix MIAM :

Entre 2 à 5 € le kilo, jusqu’à 7 € pour les produits bio.

Dégustation :
Deux gros abricots ou trois petits correspondent à une portion de fruit.

C’est un fruit pouvant servir aussi bien à des recettes salées (rôti de porc aux abricots, tajine d’agneau à l’abricot, canard à l’abricot, salade de cresson, etc.) qu’à des recettes sucrées (compote, poché, glace, sorbet, confiture, marmelade, gelée, tarte, gâteau, clafoutis, chutney, macaron, confiseries, brochettes de fruits, salade ou soupe de fruits, etc.).
C’est un régal en smoothie (abricot-poire-pêche, pêche-abricot-pomme, ou bien encore orange-abricot), ou en nectar.

Conservation :

L’abricot se consomme rapidement après achat pour qu’il conserve fermeté et saveur. A consommer dans les 4 à 5 jours après achat.
Mieux vaut lui éviter le froid : il se garde très bien à l’air ambiant, dans un compotier par exemple.

Le saviez-vous ?

• Dans le calendrier républicain français, le 13ème jour du mois de Thermidor (soit le 31 juillet) est dénommé jour de l’Abricot.

• Les Romains le surnommaient praecoquum, qui signifie « précoce » sans doute en raison de sa floraison très tôt dans le printemps.

• Le terme « abricot » s’est forgé tout au long de ses voyages multiples autour du Bassin Méditerranéen : praikokion pour les grecs, al barq pour les arabes, albaricoque pour les espagnols, puis al-Bercoc en catalan.

• En pâtisserie, « abricoter » signifie étendre à l’aide d’un pinceau une couche de confiture, de nappage ou de gelée sur un entremets ou sur une tarte afin d’avoir un glaçage à l’abricot.

• L’abricot « Rouge du Roussillon » dispose d’une appellation d’origine protégée (AOP) par règlement paru au Journal Officiel de l’Union européenne le 3 février 2016. Cet enregistrement fait suite à l’homologation de la dénomination en appellation d’origine contrôlée (AOC) en 2015.

• En Italie, l’Amaretto, est une boisson alcoolisée, douce, avec un léger parfum d’amandes amères. Elle est fabriquée avec les amandes des noyaux d’abricots.

 

Vous pourriez aimer...

Laissez votre commentaire